Le nom de Coray apparaît dans le cartulaire de Landevennec, sous le nom de Choroe, au onzième siècle. A la même époque le nom est noté Coroe dans le cartulaire de Sainte-Croix de Quimperlé et dans le cartulaire des Eglises de Quimper. Coray était sous l'occupation romaine un nœud de communication important. Certains pensent que Coray est le Corophesium mentionnée dans les Annales de Lausanne pour l' année 818

Coray dépend au Moyen-Age, partiellement de la seigneurie de Laz dont le chef lieu est une roche fortifiée au milieu de la forêt de Laz, et partiellement du fief des Évêques de Quimper qui possèdent une résidence au Salle (aujourd'hui Salou), résidence qui plusieurs fois au cours des siècles servira de refuge au chapitre cathédral de Quimper, suite notamment à la peste qui sévit à Quimper en 1484..


Le blason de Coray porte coupé d’azur et de sable, une croix gironnée d’or de huit pièces brochant sur le tout, cantonnée en chef de deux mouchetures d’hermine d’or.
La croix symbolise la pierre de Coray appelée aussi pierre de Coadry.
Avec le noir, le bleu et le jaune rappellent les couleurs fondamentales de l'ancien costume des hommes de Coray : le costume Glazick.

J' ai vu le jour en 1943 (le 21 janvier), au lieu-dit Kerezec, une petite ferme perdue dans les terres, là ou vous voyez une croix sur la photo ci-dessous..

Les batiments étant en ruine, mes parents décidèresnt (en 1946) de tout transférer en bordure de la route qui mène de Coray à Quimper...Comme la nouvelle ferme devait être reconstruite, avec les pierres qui constituaient l' ancienne exploitation, nous avons (j' avais 3 ans à l' époque) déménagés, dans une petite maison, à proximité... Nous étions au mois de mai et 5 mois plus tard (au mois de novembre), nous aménagions dans notre nouvelle maison.    Nous ne risquions plus de voir     s' effondrer les murs de ces vieux batiment, plusieurs fois centenaires... (Je regrette ne pas avoir eu de photos de ces ruines, à vous montrer)..

Cette nouvelle exploitation, prendra le nom de Ker ad'hoc, qui veut dire : "la ferme qui me convient"...
C' est donc à Ker ad'hoc, que j' ai vécu mon enfance et mon adolescance et que j' ai commencé ma "carrière" d'agriculteur, avec mes parents, jusqu' à mon mariage en 1967.